Coronavirus 2021 : Y aura-t-il un baby-boom ?

Selon une enquête en ligne menée cet automne, la décision des couples avant d’avoir des enfants n’a pas été affectée par l’épidémie de coronavirus. D’après les réponses de près de 1 200 participants, on peut dire que le coronavirus ne change pas le nombre de naissances, c’est-à-dire que ni une rechute ni un baby-boom ne sont attendus en 2021.

A voir aussi : Est-il possible de boire du champagne pour les diabétiques ?

New Era Genetics a lancé sa recherche en ligne indépendante fin septembre afin d’évaluer comment le coronavirus et ses restrictions connexes affectent l’humeur d’enfanter des enfants en Hongrie. Le questionnaire en ligne était disponible pendant 6 semaines sur www.szsztbabavaras.hu, qui a été rempli en 1174 à la fin du mois d’octobre. La majorité des répondants sont des femmes, près de 69 % ont entre 26 et 35 ans.

L’influence de Covid sur les relations

A lire également : Descas de virus de la fièvre hémorragique de Crimée Congo sont détectés en Espagne

le site

« L’épidémie du coronavirus a entraîné des changements dans notre mode de vie, nos habitudes, mais elle ne semble pas avoir affecté les plans de vie privée à long terme. Bien que nous ayons déjà supposé que l’épidémie apporterait une légère baisse de l’humeur à avoir un bébé à court terme , les résultats n’ont pas justifié nos craintes. Même lors des fermetures très strictes au printemps, seule une petite partie des couples (12%) ont décidé de changer le bébé pendant quelques mois, et seulement 4% ont dit qu’ils attendaient une autre année », a déclaré Réka Szondy, chef de la recherche.

Vous êtes

inquiet pour le coronavirus ? Lisez ceci, cela peut aider !

Près de 90 pour cent des répondants pensaient à fonder une famille avant l’apparition du virus et l’ont planifié dans les 1-2 ans. Dans 66 % des répondants, cette décision n’a pas été modifiée par l’apparition du coronavirus.

Selon la recherche, la fermeture du printemps élevé a eu un effet positif sur les couples, 72% n’a pas changé la qualité de la relation, et même 24% a amélioré la relation. Cela était également vrai pour les entrevues intimes, seulement 6 % des répondants ont déclaré que le nombre d’interlocuteurs avait diminué, mais 15 % plus souvent en collaboration avec leur partenaire, de sorte que dans l’ensemble, les résultats montrent des changements positifs.

L’impact de Covid sur la procréation

le site

Les décisions prises au printemps concernant l’élargissement de la famille n’ont pas été sensiblement modifiées par la deuxième vague de l’épidémie . Les deux tiers (65 %) des répondants s’en tiennent à la décision prise il y a quelques mois, et même un quart des couples ont décidé après que la première grande vague de l’épidémie commence à fonder une famille. La plupart des raisons étaient le désir d’un enfant (75%), la peur de l’âge des parents est deuxième (47%), la troisième place était qu’ils voulaient changer leur vie et le temps d’avoir un bébé (35%).

La recherche a également demandé si l’épidémie de coronavirus provoque une peur supplémentaire en cas de baby shower, c’est-à-dire qu’elles vont à plus de tests, si les femmes enceintes iraient pour se rendre plus sûrs et leur enfant conçu. Ici aussi, un résultat surprenant a été atteint : malgré le fait que nous sommes confrontés à une nouvelle maladie, les répondants ne considèrent pas nécessaire d’effectuer plus d’examens médicaux et d’examens, en règle générale, pendant une période sans épidémie (82%).

Impact de Covid sur la relation : changement printemps-automne

le site

les réponses aux examens médicaux sont surprenantes. L’enquête confirme que les informations recueillies au cours de l’épidémie montrent que le coronavirus ne présente pas un risque accru pour les femmes enceintes ou pour le fœtus a été atteint à ceux qui sont avant la grossesse. » — dit Ágnes Király, New Era Genetics, at-il ajouté : « Nous sommes très satisfaits des résultats de la recherche, car elle montre que le désir de famille, d’enfants est fort chez les couples et que la pandémie actuelle n’emporte pas vraiment sur les plans à long terme des familles. »